Un an de télé-travail

Cela fait aujourd'hui un an que je télé-travaille chez Tigerlily. Pourtant, cette décision de travailler pour une société parisienne tout en restant chez moi, à Toulouse, n'a pas été facile à prendre. Mais je ne la regrette à aucun instant. C'est le moment de vérifier si mes craintes étaient fondées.

Isolation

Ma principale crainte concernait l'isolation sociale dont j'allais être victime. J'étais habitué à travailler dans de grands open spaces peuplés de collègues et j'allais me retrouver tout seul, chez moi, sans bruit et sans machine à café. Mais heureusement, je ne suis pas seul : ma femme ne travaille pas tous les jours de la semaine (elle est infirmière et a un planning en 12h) et je peux voir mes enfants plus souvent, le matin et le soir. De plus, je m'étais imposé comme condition de voir le plus souvent possible des gens à la pause de midi ou le soir. Et au final, je n'ai jamais côtoyé autant de monde que pendant cette année : des amis, des anciens collègues, des confrères, des nouvelles rencontres… que je n'aurais pas cherché à voir en temps normal puisque je déjeunais toujours avec mes collègues et que j'avais hâte de retrouver ma famille le soir.
Cette isolation est même bénéfique pour ma santé mentale : je ne supporte plus les open space. Ces grands bureaux dédiés aux interactions sociales mettant en contact direct chaque collaborateur… à tel point que ces espaces sont juste tellement bruyant que chacun est obligé d'avoir un casque audio sur la tête… et que chaque interaction sociale est subie comme une aggression. Être seul dans mon propre bureau me permet de faire le bruit que je veux sans déranger personne et sans être dérangé par personne. Je peux mettre du dubstep à fond, même les voisins s'en foutent. Et je peux même bosser à poil si je veux.

Déplacements

Un autre point qui me gênait, car je suis très casanier, était de devoir me déplacer fréquemment à Paris. Il était question lors de l'entretien d'un déplacement d'une journée par mois. Au final, dans la pratique, la fréquence est d'un déplacement tous les deux mois ou plus, et je regrette que ça ne soit pas plus souvent… En effet, mes collègues sont très sympa et je suis content de les retrouver régulièrement. Et concernant ma phobie des transports en communs parisiens, je m'y suis vite fait grâce à Citymapper.
Par contre, j'ai gagné 1h de vie par jour puisque je n'ai plus à me déplacer le matin et le soir pour me rendre au travail. Et encore, ça pourrait être bien plus, beaucoup passent plus de deux heures par jour dans les transports. Ce temps gagné, je le consacre à emmener mes enfants à l'école et crèche à pied et à m'occuper des tâches ménagères.

Communication

Je me demandais comment aller se passer la collaboration avec l'équipe sédentaire. Je savais d'expérience que même dans une équipe qui partage les mêmes bureaux, la communication interne est le point faible d'une entreprise. Chacun interprète les informations à sa façon et si rien n'est fait pour s'assurer que tout le monde a bien compris le message de la bonne façon, on se retrouve avec des quiproquos qui démoralisent l'équipe ou qui peut même avoir des impacts graves sur la vie de l'entreprise. Ma future société semblait être clairement consciente de ce problème car c'est le premier point qu'ils ont cherché à améliorer quand ils ont commencé à collaborer avec des télé-travailleurs. En effet, j'étais le second remote à rejoindre cette société. Les deux mois précédent le départ en télé-travail de la première à partir, à l'étranger qui plus est, ont consisté à mettre en place des protocoles de communication à distance utilisés aussi par les salariés sur place. Je suis donc arrivé dans une équipe qui communiquait déjà intégralement avec des services en ligne :

  • Communication courante avec Slack (service de type IRC),
  • Réunions avec Google Hangouts (visio conférence),
  • Gestion de projet avec Pivotal, Github et Trello,
  • Documentation avec Google Drive

Et bien, je n'ai jamais mieux communiqué que de cette façon. Bien mieux que dans mes précédentes expériences où les réunions n'étaient que rarement résumées dans un document, où les discussion orales dans l'open space n'étaient pas vérifiables et où seule la bonne foi des intervenants pouvait avoir raison d'une incompréhension. Ici, tout est dit à l'écrit et les écrits restent et sont recherchables en quelques millisecondes.
Et en plus, ça donne un open space tellement calme que ç'en est presque flippant.

Stabilité

La stabilité est une crainte assez commune quand on change d'employeur. Repartir de zéro en terme d'ancienneté, c'est un risque qui a un coût. Et c'est encore plus risqué quand on ne peut pas être constamment présent sur place pour prendre le pouls de sa société, de ses relations avec la hiérarchie et donc sentir si tout se passe bien au jour le jour. Heureusement, encore une fois, les choses sont très bien pensées dans ma société et chaque semaine, chaque télé-travailleur a droit à un point avec le CTO pour se mettre au courant de ce qui va bien ou mal. Nous avons aussi droit, hebdomadairement à un point global nous donnant une vue de la vie de l'entreprise : finances, marketing, prospection, évolution produit, tout nous est exposé en toute transparence. Et donc au final, c'est aujourd'hui que je passe ma première année d'ancienneté, donc plus de crainte ;)

Conclusion

Le télé-travail, c'est un choix que chacun doit faire individuellement : si vous vivez seul à la campagne, ça sera probablement une mauvaise idée de vous couper encore plus du monde. C'est malheureusement quelque chose qui ne peut que s'expérimenter. Des discussions que j'ai eu, peu ont envie de télé-travailler. Pourtant, ils sont bien content de pouvoir le faire occasionnellement quand il faut rester à la maison pour attendre un colis ou garder un enfant malade.
L'expérience n'en sera que plus réussi si l'entreprise met toutes les cartes de son côté pour permettre les meilleures conditions de collaboration à distance. De toute façon, elle aura tout à y gagner à devenir une entreprise libérée et en permettant à ses salariés de télé-travailler quand ils estiment en avoir besoin.
De mon coté, j'aurais vraiment du regret à redevenir sédentaire et quand je me retrouverais en recherche d'emploi, le télé-travail sera une priorité, quitte à devoir passer freelance si je n'ai pas d'autre choix.

Hadrien

Hi, I'm a french Javascript Lead Developer, Web Architect from Toulouse, France. I've worked for 12 years for many projects with YUI, AngularJS, Aurelia.io and now React and React native.

Toulouse, France https://hadrien.eu